Conférence sur l'Eucharistie 4/6

Mercredi 7 avril à 20h30 en direct et en replay


Vigile pascale

Exultet

Du latin "exultare", qui signifie "exulter de joie", l'Exultet est un chant liturgique que l'on retrouve à l'ouverture de la veillée pascale. Il évoque la traversée de la mer Rouge lors de l'Exode. Il célèbre la Pâque du Christ, proclame la victoire de la lumière sur les ténèbres et annonce la Résurrection du Christ.

église St Germain à Flers, dimanche 4 avril à 7h

Chant : Père Christophe Peschet

Orgue : Baptiste Serais

Réjouissons-nous, réjouissons-nous, voici la nuit de Dieu ! 

 

Qu’éclate dans le ciel la joie des anges !
Qu’éclate de partout la joie du monde
Qu’éclate dans l’Eglise la joie des fils de Dieu
La lumière éclaire l’Eglise,

La lumière éclaire la terre, peuples, chantez !

 

Voici pour tous les temps l’unique Pâque,
Voici pour Israël le grand passage,
Voici la longue marche vers la terre de liberté !
Ta lumière éclaire la route,
Dans la nuit ton peuple s’avance, libre, vainqueur !

 

Voici maintenant la Victoire,
Voici la liberté pour tous les peuples,
Le Christ ressuscité triomphe de la mort.
Ô nuit qui nous rend la lumière,
Ô nuit qui vit dans sa Gloire le Christ Seigneur !

 

Amour infini de notre Père,
suprême témoignage de tendresse,

Pour libérer l’esclave, tu as livré le Fils !
Bienheureuse faute de l’homme,
Qui valut au monde en détresse le seul Sauveur !

 

Victoire qui rassemble ciel et terre,
Victoire où Dieu se donne un nouveau peuple
Victoire de l’Amour, victoire de la Vie.
Ô Père, accueille la flamme,
Qui vers toi s’élève en offrande, feu de nos cœurs !

 

Que brille devant toi cette lumière !
Demain se lèvera l'aube nouvelle
D’un monde rajeuni dans la Pâque de ton Fils !
Et que règnent la Paix, la Justice et l’Amour,
Et que passent tous les hommes
De cette terre à ta grande maison, par Jésus Christ !



Message de Pâques du pape François

«L’annonce de Pâques ne montre pas un mirage, elle ne révèle pas une formule magique, elle n’indique pas une échappatoire face à la situation difficile que nous traversons». En ces termes, le Pape François a inauguré son message à la Ville et au monde en ce jour de Pâques, point culminant de l’année liturgique, dans une atmosphère encore une fois très particulière cette année.

 

La pandémie est encore en cours, et la crise sociale et économique est très lourde, en particulier pour les plus pauvres, a rappelé François, qui s'est dit scandalisé par le fait que «les conflits armés ne cessent pas et les arsenaux militaires se renforcent»«C'est le scandale d'aujourd'hui», a-t-il répété.

 

Le crucifié est ressuscité
Au milieu de cette réalité complexe, a relevé le Saint-Père, l’annonce de Pâques renferme en quelques mots un événement qui donne l’espérance qui ne déçoit pas: «Jésus, le crucifié, est ressuscité». 
Et le Successeur de Pierre de préciser: «Cette annonce de Pâques ne parle pas d’anges ou de fantômes, mais d’un homme, un homme en chair et en os, avec un visage et un nom : Jésus. Le crucifié, pas un autre, est ressuscité.»     Lire la suite ICI


Homélies

Télécharger
Jour de Pâques 2021 P. Ph Pottier.pdf
Document Adobe Acrobat 93.9 KB
Télécharger
Jeudi Saint 2021 P. Ph Pottier.pdf
Document Adobe Acrobat 63.4 KB
Télécharger
Rameaux 2021 P. Ph Pottier.pdf
Document Adobe Acrobat 75.8 KB
Télécharger
Jour de Pâques 2021 P. Ch Peschet.pdf
Document Adobe Acrobat 40.8 KB
Télécharger
Résurrection du Seigneur 2021 Abbé A.
Document Adobe Acrobat 116.3 KB
Télécharger
dimanche des Rameaux et de la Passion du
Document Adobe Acrobat 113.5 KB

Le Triduum pascal

 

La définition du Triduum vient du latin qui signifie "un espace de trois jours". Les célébrations du Triduum pascal marquent les derniers jours de la vie de Jésus : Jeudi Saint, la dernière Cène avec ses disciples ; Vendredi Saint, son arrestation et sa crucifixion ; dimanche, sa réssurection.

Le Triduum pascal vu par le Père Christophe Peschet


La veillée pascale

Le long silence du Samedi Saint cesse ! La nuit de la joie et de la délivrance s'ouvre. La veillée pascale clôt la Semaine Sainte et se tient de nuit, entre le coucher du soleil du Samedi Saint et le lever du soleil de Pâques.

La Veillée pascale, c'est aussi retrouver les racines juives de cette nuit :

- La Pâque juive est une veille où l'on fait mémoire de Dieu qui, le premier, a veillé pour faire passer son peuple des ténèbres à la lumière ; la Pâque chrétienne, elle aussi, est une veille où les chrétiens ravivent leur mémoire : en cette nuit, Dieu fait passer son Fils de la mort à la vie ...

- La sortie d’Égypte fait entrer le peuple dans la Première Alliance; le matin de Pâques fait entrer les disciples du Christ dans la Nouvelle Alliance ...
- Avec Moïse, le peuple juif passait de l'esclavage à la liberté; en Jésus, qui nous libère de la nuit du péché, nous passons à une vie nouvelle ...
Et parce qu'elle est mémoire des merveilles réalisées par le Dieu de l'Alliance, la Veillée pascale est action de grâce. Faire mémoire commence par dire merci : merci pour les merveilles accomplies pour le peuple choisi, merci pour celles accomplies pour le nouvel Israël. Il reste que toute Veillée pascale doit nous laisser une faim. Certes, le Christ est ressuscité; certes, il se donne à nous dans sa Parole et dans son Corps. Mais sa seigneurie n'est pas encore pleinement accomplie. (source www.croire.la-croix.com)

Samedi Saint : Le grand silence

Pris entre les deux rives de l'office des ténèbres qui jouxte la mort et de la joie baptismale de la vigile pascale qui jouxte la Résurrection, nous marchons dans cette obscurité lumineuse de la foi qui n'a plus de signes, abandonnée à sa seule force qui est toute la grandeur de son union à Diu comme le chante le cantique de l'exode avec une ferveur simple et joyeuse : "Ma force et mon chant c'est le Seigneur : il est pour moi le salut, il est mon Dieu, je le célèbre ; J'exalte le Dieu de mon père." (Exode 15)

Vendredi Saint : La Passion

Le Vendredi Saint, les chrétiens commémorent l'arrestation, le procès et la mort de Jésus sur la croix. 

"Le Christ, pendant les jours de sa vie dans la chair, offrit, avec un grand cri et dans les larmes, des prières et des supplications à Diu qui pouvait le sauver de la mort et il fut exaucé en raison de son grand respect. Bien qu'il soit le Fils, il apprit par ses souffrances l'obéissance et, conduit à sa perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel." (He 5, 7-9)

Jeudi Saint : la Cène et la fête de tous les prêtres

"Le Jeudi Saint, l’Église commémore le soir où le Christ a institué l’eucharistie et le sacerdoce par ces mots : « Faites ceci en mémoire de moi. » Désormais, à chaque messe, le prêtre dit, in persona Christi, les paroles mêmes de Jésus. Aussi, le soir du Jeudi saint, chaque prêtre revit-il la fête de l’institution de sa propre ordination sacerdotale. Il y puise à la source la joie de donner le Christ dans le sacrement et de manifester la charité de Dieu à chaque baptisé. Ce jour-là, l’Église tout entière se réjouit avec eux du trésor du sacerdoce qui leur donne l’eucharistie et la Parole. Elle y trouve l’élan pour partager cette joie au monde." (Mgr Beau)



Messe chrismale à la cathédrale de Sées


Dimanche des Rameaux et de la Passion

Célébration des Rameaux et de la Passion - église St Germain

Chemin de Pâques réalisé par les enfants en catéchèse et pendant la liturgie de la Parole


La vie avant la mort par Sr Véronique Margron

Dimanche des Rameaux. Entrée dans cette semaine qui ne fait série avec aucune autre.  Semaine de fondation, de socle, de sol.

Je relis cette parole de Sylvie Germain dans « Quatre actes de présence » : « Existe-t-il une vie avant la mort ? » s'interroge-t-elle.
Au seuil de la semaine sainte 2021, si particulière après un an de pandémie, cette parole prend singulièrement chair.
Existe-t-il une vie avant la mort ? Sommes-nous, aujourd’hui, des vivants ? Là est sûrement le bon ordre de la question, plus que celle de la vie après la mort, peut-être. Mais bien la vie avant la mort. Quels sont nos empêchements de vie, notre carence de vie ?

Entendre cette question en cette semaine où le Vivant va vivre. Vivre en aimant à la folie.
En ces jours, Jésus détourne un rite d’accueil, comme se laver les mains avant le repas, pour se s’agenouiller aux pieds de ses amis. Et, là, proclamer cette parole incroyable : « Si donc moi qui suis le Maître, je vous lave les pieds…» Il se dépouille de tous les ornements de gloire (le vêtement qu’il portait lors de son entrée à Jérusalem sur l’ânon) plus encore, il se dénude pour incarner l’homme de tous les commencements, l’homme renouvelé, l’homme vivant pour d’autres. Pour nous mettre debout.
Au vendredi c’est ce Très vivant qui sera crucifié. Car pour supprimer le vivant, il faut le clouer, aux pieds comme aux mains. L’empêcher de marcher, de se faire compagnon de tous, d’aller au-devant de ceux qui ne peuvent s’approcher, d’endurer la poussière, celle-là même dont nous sommes faits, autant que du souffle divin. Lier les mains, celles qui relèvent, qui partagent, qui touchent, qui travaillent, qui offrent.
Mais les clous ne pourront retenir le Vivant et tout va s’accomplir, car « Voici l’homme ».
Au samedi cet homme-là descend justement dans nos lieux sans vie. Dans ce qui est enseveli en nous, dans nos cloaques, dans les enfers du monde ; ils sont nombreux. Dans les entrailles des humanités fracassées des victimes d’abus, d’agressions, de mensonge, de trop d’isolement, de souffrance. Dans ce grand silence sur la terre, des profondeurs du mal, Jésus sort vivant pour nous tirer avec lui. Vers l’avenir.
Autrement que prévue. Voilà ce qu’est cette semaine comme nos vies et le temps que nous vivons. Autrement que prévue par celles et ceux qui accompagnaient et aimaient Jésus, comme par ceux qui voulurent et organisèrent sa mort. Peut-être est-ce parce qu’elle autrement que prévue que cette semaine se propose de nous embarquer avec elle, tel que nous sommes. Avec nos doutes et nos lassitudes. Nos chagrins et nos frêles espoirs. Le Christ en ces temps nous ouvre ses bras, dans son endurance sans faille à aimer autant que sa vulnérabilité extrême.
 
Confions-nous alors à l’ami, le Vivant. Afin qu’il  prenne en son don  nos empêchements de vivre et nous rende, maintenant, vivants avec lui.
 
Véronique Margron op.

Télécharger
Lettre aux paroissiens en marche vers Pâques 28 mars
#7 Lettre aux paroissiens.pdf
Document Adobe Acrobat 2.5 MB

Chronique de Sr Véronique Margron à écouter sur RCF



A noter dans l'agenda

Tous les rendez-vous et propositions pendant le temps de Carême sont à retrouver dans la rubrique Rendez-vous 

Plus spécifiquement, pour les enfants et jeunes cliquez ICI

Revoir les rendez-vous et conférences de Carême en replay en cliquant ICI.

Mercredi 7 avril à 20h30

du 20 mars au 17 avril

samedi 3 avril - 10h30

Marche œcuménique de Pâques

Dimanche 4 avril 2021

Symboliquement, cette marche conduit des ténèbres vers la lumière, elle amène pas à pas vers l’aube d’un jour nouveau inauguré il y a plus de deux mille ans devant deux femmes apeurées par la découverte d’un tombeau vide.

Le départ est fixé à 6h30 au lieu-dit Landemeure, à environ 2km du bourg de de St Germain du Crioult. Venant de Condé, prendre la route à gauche en face de l’église, direction St Pierre d’Entremont puis la 1ère route à gauche direction Caligny.

 

 



Lettre des évêques de France aux catholiques sur la lutte contre la pédophilie

Lire la lettre en cliquant ICI


Balade vers Pâques

Chaque dimanche de Carême et le jour de Pâques - Rendez-vous à 15h parking du château de Flers




Nouveau parcours de confirmation pour les jeunes

Bulletin d'inscription à télécharger

Télécharger
Tract Confirmation 2021 .pdf
Document Adobe Acrobat 182.9 KB


Livret de prières - Temps du Carême

Un livret de prières a été réalisé pour le temps du Carême. Il est accessible en téléchargement ci-dessous mais également au format papier à l'accueil paroissial, 8 rue Jules Gévelot à Flers. Une participation aux frais d'impression (2 €) est proposée. Vous pouvez accéder à l'intégralité des prières en cliquant ICI.

Entrer en Carême

Comme la Samaritaine

Prendre le temps de s'arrêter


Télécharger
Livret de prières Temps du Carême.pdf
Document Adobe Acrobat 2.3 MB

Qu'as-tu fait de ton frère ?

Message de l'équipe diocésaine de la diaconie

Vivre un Carême de charité, c’est prendre soin de ceux qui se trouvent dans des conditions de souffrance, de solitude ou d’angoisse à cause de la pandémie de la Covid-19 . (Message du Pape François pour le carême 2021)

 

Aujourd’hui, la pandémie entraîne avec elle de nombreuses questions :

  • Prudence, voire démobilisation, de nombreux bénévoles d'associations d'accueil et de solidarité, de visiteurs d'EHPAD ou d'hôpitaux...
  • Isolement, difficulté de maintenir des liens de proximité   accentuant la souffrance de nombreuses personnes.
  • Liens sociaux distendus y compris au travail, dans les collèges, lycées, universités, dans les communes et quartiers … Des personnes avouent "le moral n'y est plus …"
  • Crainte d’aller à l’église par peur de la contagion ou bien facilité de suivre des émissions religions.
  • Conditions sociales difficiles avec augmentation de la précarité, de la peur et du repli sur soi.

 

Mais en même temps, si nous regardons bien, des initiatives de solidarité se vivent, des réseaux d’appels téléphoniques fonctionnent, des personnes en fragilité continuent d’être accompagnées … Lire la suite ICI


Message du Pape François pour le Carême 2021

"Voici que nous montons à Jérusalem..."    Mt 20, 18

Le Carême, un temps pour renouveler notre foi, notre espérance et notre charité.

 

Chers Frères et Sœurs,

En annonçant à ses disciples sa Passion, sa mort et sa résurrection, accomplissant ainsi la volonté de son Père, Jésus leur révèle le sens ultime de sa mission et il les appelle à s’y associer, en vue du salut du monde.
En parcourant le chemin du Carême, qui nous conduit vers les célébrations pascales, nous faisons mémoire de Celui qui nous a aimés « devenant obéissant jusqu’à la mort et la mort de la croix » (Ph 2,8). Dans ce temps de conversion, nous renouvelons notre foi, nous puisons « l’eau vive » de l’espérance et nous recevons le cœur ouvert l’amour de Dieu qui fait de nous des frères et des sœurs dans le Christ. Dans la Nuit de Pâques, nous renouvellerons les promesses de notre baptême pour renaître en hommes et femmes nouveaux par l’intervention du Saint Esprit. L’itinéraire du Carême, comme l’itinéraire chrétien, est déjà entièrement placé sous la lumière de la résurrection, qui inspire les sentiments, les attitudes ainsi que les choix de ceux qui veulent suivre le Christ. Lire la suite ICI


« Relève-toi ! », une série documentaire à la lumière de Fratelli Tutti

L'encyclique du Pape François Fratelli Tutti sera disponible à l'accueil paroissial dès le 24 février

Chaque dimanche de Carême, l’émission Le Jour du Seigneur propose des reportages sur des communautés qui ont été éprouvées par un évènement traumatique et qui s’en sont relevées.  www.lejourduseigneur.com

 

Publié le 20/02/2021

Faustine Fayette

« Personne ne se sauve tout seul, il n’est possible de se sauver qu’ensemble », enseigne le pape François dans sa dernière encyclique Fratelli Tutti. 

Un propos que se réapproprie avec conviction le frère Thierry Hubert, dominicain et producteur de l’émission Le Jour du Seigneur, qui lance une série documentaire sur le relèvement de communautés éprouvées par des événements traumatiques.

 

Solidarité et sens du collectif

 « Habituellement, en temps de carême, nous mettons l’accent sur le partage, l’effort individuel et l’intériorité personnelle, souligne-t-il. Dans le contexte de la pandémie, nous avons souhaité mettre en valeur la solidarité et le collectif en écho avec l’appel du pape dans son encyclique Fratelli Tutti »

Les différents reportages nous emmènent donc à la rencontre des habitants de Saint-Étienne-du-Rouvray, frappés par un attentat terroriste et le martyre du père Jacques Hamel, des chômeurs longue durée, impactés par une grave crise de l’emploi dans les Hauts-de-France, de la communauté libanaise, sous le choc de l’explosion du 4 août 2020 à Beyrouth et éprouvée par des années de crise, de la communauté de Calais, aux premières loges de la crise migratoire, des habitants des vallées de la Roya et de la Vésubie (Alpes-Maritimes), dévastées par les inondations de 2020…

 

Un chemin de fraternité

Pour le dominicain, les paroles du pape et la figure de saint François d'Assise peuvent nous aider à affronter les défis de notre époque : crise écologique, économique, humaine, et faire preuve de résilience.

« "La vie, c’est l’art de la rencontre même dans les désaccords", signale le pape. Cette phrase est un des messages forts de Fratelli Tutti. Elle redéfinit la vie comme une expérience d’altérité, dans un contexte où la peur de la rencontre avec l’autre prédomine. »

Chemin de fraternité, ce dialogue est, avec l’espérance, au cœur de la reconstruction des différentes communautés visitées, qui se battent pour que les efforts du collectif ne soient pas « atomisés » par les événements dramatiques.

 

Nos relations, le premier lieu à travailler

Cet art de la rencontre, le frère Frédéric-Marie Le Méhauté, théologien franciscain invité en plateau pour décrypter les différents témoignages en s’appuyant sur l'encyclique de François, s’en réclame également.

« Le pape désigne nos relations humaines comme le premier lieu à travailler. Il nous montre comment la foi doit nous engager à la rencontre », témoogne-t-il, évoquant également l'écho à Laudato si', autre encyclique du pape, publiée en 2015 et consacrée à l'écologie intégrale. Le franciscain a notamment été frappé par la volonté de tous les acteurs de Saint-Étienne-du-Rouvray, interrogés dans la série, à conserver le dialogue, à tous les niveaux, pour tisser et maintenir les relations sociales.

 

Fraternité et dialogue

Un souhait qui résonne profondément, selon lui, avec les enjeux de la rencontre entre le pape François et l’imam Ahmad al-Tayyeb, à Abou Dabi en 2019, évoquée dans Fratelli Tutti. 

« Le dialogue interreligieux ou social peut être établi par les théologiens ou les responsables mais on n’oublie souvent qu’il se fait d’abord au quotidien, insiste Frédéric-Marie Le Méhauté. Il se crée sur les marchés, les trottoirs, dans nos quartiers… Cette fraternité et ce dialogue ne sont pas des préoccupations nouvelles mais le pape en parle d’une manière nouvelle. Il a l’intuition des grands gestes en tant que chef religieux, mais avec une parole empreinte d’une grande proximité, d’une humanité profonde, une simplicité qui parle à tous. »

 

« Une humanité errante »

À travers le cheminement des différentes communautés éprouvées, le franciscain met en perspective les appels réguliers du pape François pour défendre « une Église pour les pauvres et avec les pauvres », mais aussi l’importance de l’espérance et de l’engagement au quotidien.

La question des migrants de Calais est évoquée également non pas seulement comme une situation d'urgence à régler mais comme l'expression de « la figure de notre temps. Celle d’une humanité errante, chercheuse de lieux comme beaucoup d’entre nous ».

 

L’ « amitié sociale », une relève possible

Dans Fratelli Tutti, le pape François propose également une expression nouvelle pour désigner le dialogue fraternel : « l’amitié sociale ». Une incitation à la conversion sociale pour que la crainte se transforme en bienveillance, selon le dominicain Thierry Hubert.

« On a l’habitude de parler d’amitié dans une sphère privée, individuelle. Le pape François nous invite à prendre de la hauteur et à vivre cette amitié au niveau du collectif. » Et comme le fait remarquer le frère Le Méhauté : « Cette expression d’"amitié sociale", qui remonte à Aristote résonne peut-être plus facilement aux oreilles de nos contemporains que le mot "fraternité" souvent plus connoté "catholique" même s’il est au fronton de nos mairies. Avant d’être frère, peut-être pouvons-nous commencer par être amis. »

 

Un enseignement que le Jour du Seigneur illustre avec force à travers le témoignage de ces communautés liées par un esprit collectif et bienveillant, qui ne renonce pas à ses rêves. Une belle inspiration pour vivre son carême 2021.

" Relève-toi ! ", avec Le Jour du Seigneur, du 21 février au 28 mars 2021, chaque dimanche sur France 2.
Les habitants de Saint-Etienne-du-Rouvray : dimanche 21 février
- Des chômeurs de longue durée dans les Hauts-de-France : dimanche 28 février.
- La communauté libanaise, sous le choc de l’explosion du 4 août 2020 : dimanche 7 mars.
- La communauté de Calais, aux premières loges de la crise migratoire : dimanche 14 mars.
- Les habitants des vallées de la Roya et de la Vésubie, dévastées par les inondations de 2020 : dimanche 28 mars. 
En replay sur www.lejourduseigneur.com

 


L'Eucharistie : un appel à vivre la fraternité

"En ce moment historique, marqué par la crise écologique, et par de graves déséquilibres économiques et sociaux aggravés par la pandémie du coronavirus, nous avons plus que jamais besoin de fraternité" (Pape François). Or, aujourd'hui, mises à part les célébrations eucharistiques qui nous réunissent dans nos églises, rares sont les possibilités de nous retrouver, de faire communauté.

Ce temps de Carême qui débutera mercredi prochain est peut-être une occasion pour nous souvenir que si nous avons retrouvé nos assemblées dominicales pour vivre l'eucharistie, la participation à la messe n’est pas la seule modalité pour mettre le Seigneur au centre de notre journée, de notre vie, ni la seule manière de témoigner de notre foi en la résurrection. Dieu nous rejoint par différents chemins et, nous aussi, pouvons le rejoindre, ainsi que nos frères, par d'autres chemins.

Dans une lettre apostolique publiée en 1998, le pape Jean-Paul II détaillait la manière dont le dimanche peut se vivre de manière eucharistique, au-delà de la liturgie et de la prière : "L’Eucharistie est un événement de fraternité et un appel à vivre la fraternité… Si c’est un jour de joie, il faut que le chrétien dise par ses attitudes concrètes qu’on ne peut être heureux "tout seul". Il regarde autour de lui, pour découvrir les personnes qui peuvent avoir besoin de son sens de la solidarité. Il peut arriver que, dans son voisinage ou dans le cercle de ses connaissances, il y ait des malades, des personnes âgées, des enfants, des immigrés, qui, précisément le dimanche, ressentent plus vivement encore leur solitude, leur pauvreté, la souffrance liée à leur condition." (Dies Domini §72).

C'est pour répondre à cette solitude dominicale que les tables ouvertes paroissiales ont vu le jour. Malheureusement, depuis plusieurs mois, elles ne peuvent plus avoir lieu. Elles manquent cruellement à celles et ceux pour qui elles étaient un rendez-vous précieux, un temps de convivialité, de partage tant attendu.

Parce que nous avons le besoin de nous retrouver en communauté, pendant tout le temps du Carême, la paroisse proposera une balade en petits groupes de six personnes (pour respecter les protocoles), chaque dimanche, avec des parcours qui seront adaptés à la mobilité des participants (balades dans le parc du Château de Flers pour certains, randonnées dans les chemins alentours pour d'autres).

Cette période nous appelle à être créatif, communautairement et individuellement. Aussi, si l’expression de la fraternité, de la convivialité voire de la solidarité ne peut plus se vivre sur le mode d’un repas, d'un rassemblement festif, n'oublions pas qu'elle peut se vivre et se dire par un appel téléphonique, une prière, un geste d'entraide, une visite. "Ainsi vécus, l’Eucharistie dominicale, mais aussi le dimanche dans son ensemble [et les autres jours de la semaine] deviennent une grande école de charité, de justice et de paix ". (Dies Domini § 73)

Les contraintes qui nous sont imposées par cette pandémie peuvent donc être l’occasion d'initier de nouvelles modalités pour rencontrer Dieu, pour rencontrer nos frères et de redécouvrir le sens profond du dimanche et la façon de le sanctifier.