Histoire de l'église de la Selle la Forge

 

Pour remplacer l’ancienne église, la plus humble du canton, l’Abbé LEBLANC, nommé à la Selle-La-Forge en 1892, eut la mission par son évêque d’en reconstruire une autre.

Pour cette construction, dès 1902, l’Abbé Leblanc lança une souscription auprès des mille habitants. En ce début de siècle, les Sellois étaient de condition modeste (tisserand, fermier, journalier, ménagère, laveuse, aubergiste…) La commune sollicitée contracta un emprunt. L’état et le département apportèrent aussi leur contribution.

A l’époque, le Gouvernement n’était déjà plus favorable aux constructions religieuses. Sans rejeter positivement les dossiers, il trouvait toujours un moyen de les écarter, tantôt sous un prétexte, tantôt sous un autre. Ce fut sur ces entrefaites que MM. Leblanc, curé ; Huet, maire ; François Delaître, Léon Delaunay et Eugène Guérin, conseillers municipaux, résolurent de se passer de son concours et de marcher de l’avant. Le refus du Gouvernement datait du 31 octobre 1903 ; le 17 décembre suivant, Mgr l’Evêque les autorisait à agir seuls. Le 12 février 1904, la Société civile était constituée, par acte notarié, et, trois jours après, les travaux commençaient.

La bénédiction de la première pierre par Mgr l’Evêque eut lieu le 14 août 1904 en présence de tous les habitants

La nouvelle église bâtie sur un emplacement gracieusement concédé par une personne généreuse est à peu de distance de l’ancienne, en bordure de la route conduisant à Flers.

Construite en style ogival du XIIIe siècle, elle fait honneur, tant à ses auteurs, MM. Leblanc, curé,et Garnier, architecte à Flers, qu’aux paroissiens qui ont pourvu à une bonne part de la dépense. Des dons généreux sont venus par ailleurs combler le déficit. Les portes et fenêtres ont été offertes par les familles aisées ; une seule a pris à sa charge les trois portes, qui portent son nom gravé dans le chêne. La longueur totale de l’édifice est de 42 mètres ; la hauteur de la voûte de 16 mètres, et celle de la toiture de 20 mètres. Dix-sept fenêtres ayant 220 mètres carrés d’ouverture l’éclairent dans son pourtour, non comprises les deux grandes baies du transept. Le portail, avec se deux colonnes et leurs chapiteaux, produit un effet imposant.

L’église fut bénite par Mgr BARDEL, évêque de SEES, le 21 août 1910 et dédiée comme la précédente, au Saint Sauveur.

L’abbé Leblanc mourut le 8 avril 1912 après avoir rempli sa mission.

L’ancienne église fut détruite en 1927.