Homélie du samedi 25 avril 2020

L'évangéliste Marc relate avec simplicité la vie du Seigneur, observe le Pape. Jésus ressuscité apparaît aux disciples les exhortant à parcourir le monde pour annoncer l'Évangile à chaque créature et annoncer les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : « en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades,et les malades s’en trouveront bien. »
Après ces paroles, Jésus monte au ciel pour s'asseoir à la droite de Dieu. «La foi, souligne le Pape, est missionnaire ou n’est pas la foi». «Elle nous porte toujours à sortir de nous-mêmes». Elle doit être «offerte, transmise par le témoignage». Il y a tant d’incrédulité, d’agnosticisme, parce que les chrétiens n’ont pas la foi, a relevé le saint-Père, se référant au témoignage reçu d’un prêtre. La foi n'est pas seulement pour moi, pour que je grandisse avec la foi. La foi est avant tout un témoignage. Vivre comme chrétien, c’est proposer un témoignage.
Parfois, manque l’aspect missionnaire, la conviction de la foi qui n’est pas seulement une donnée sur la carte d'identité. Ceux qui ont la foi doivent sortir d'eux-mêmes et faire preuve de foi "socialement". Cela ne signifie pas faire du prosélytisme, c'est témoigner de la foi à travers le service, c'est vivre en tant que chrétiens. Avant de dire quelque chose de chrétien, il faut vivre concrètement la foi. La foi ne se transmet pas pour convaincre mais pour offrir un trésor.
La foi est apportée avec humilité, comme le dit aujourd'hui la première lettre de saint Pierre Apôtre (1 P 5, 5b-14). Dans la transmission de la foi, il y a toujours le Seigneur, dans la transmission des idéologies, il y a les "maîtres". Que le Seigneur nous aide à vivre notre foi avec des portes ouvertes et transparentes.