Homélie du pape François - Jeudi 26 mars 2020

«Dans la première lecture, il y a la scène de la mutinerie du peuple. Moïse s’est rendu sur la Montagne pour recevoir la Loi: Dieu la lui a donnée, en pierre, écrite par son doigt. Mais le peuple s'est ennuyé, il s'est rassemblé autour d'Aaron et a dit: "Ce Moïse, nous ne savons plus depuis un certain temps où il est, où il est parti, et nous sommes sans guide. Faites-nous un dieu pour nous aider à aller de l’avant". Et Aaron, - qui devint plus tard prêtre de Dieu, mais là il était un prêtre de la stupidité, des idoles -, dit : "Mais oui, donnez-moi tout l'or et l'argent que vous avez", et ils donnèrent tout et firent ce veau d'or.

Dans le psaume, nous avons entendu la complainte de Dieu: «À l’Horeb ils fabriquent un veau, ils adorent un objet en métal: ils échangeaient ce qui était leur gloire pour l’image d’un taureau, d’un ruminant». Et voici, en ce moment, où commence la lecture: «En ces jours-là, le Seigneur parla à Moïse: «Va, descends, car ton peuple s’est corrompu, lui que tu as fait monter du pays d’Égypte. Ils n’auront pas mis longtemps à s’écarter du chemin que je leur avais ordonné de suivre ! Ils se sont fait un veau en métal fondu et se sont prosternés devant lui. Ils lui ont offert des sacrifices en proclamant: “Israël, voici tes dieux, qui t’ont fait monter du pays d’Égypte.”». Une véritable apostasie ! Du Dieu vivant à l'idolâtrie. Ils n'avaient pas la patience d'attendre le retour de Moïse: ils voulaient quelque chose de nouveau, ils voulaient quelque chose, quelque chose de liturgique, quelque chose ...

J'aimerais mentionner quelques éléments à ce sujet. Tout d'abord, cette nostalgie idolâtre du peuple: dans ce cas, il pensait aux idoles de l'Égypte, mais c’était la nostalgie de retourner aux idoles, de retourner au pire, ne sachant pas attendre le Dieu vivant. Cette nostalgie est une maladie, même la nôtre. On commence à marcher avec l'enthousiasme d'être libre, mais ensuite les plaintes commencent: "Mais oui, c'est une période difficile, le désert, j'ai soif, je veux de l'eau, je veux de la viande ... mais en Egypte nous avons mangé des oignons, de bonnes choses et ici il n'y a pas ...". L’idolâtrie est toujours sélective: elle vous fait penser aux bonnes choses qu'elle vous donne mais ne vous fait pas voir les mauvaises. Dans ce cas, ils pensaient à la façon dont ils étaient à table, avec ces repas si bons qu'ils les aimaient tant, mais ils oubliaient que c'était la table de l'esclavage. L'idolâtrie est sélective.

Ensuite, autre chose: l'idolâtrie vous fait tout perdre. Aaron, pour être un veau, leur demanda : "Donnez-moi de l'or et de l'argent", mais c'était l'or et l'argent que l'Éternel leur avait donnés quand Il leur avait dit : "Demandez aux Égyptiens de l'or en prêt", et ils partirent avec eux. C'est un don du Seigneur, et avec le don du Seigneur, ils idolâtrent. Et c'est très mauvais. Mais ce mécanisme nous arrive aussi: lorsque nous avons des attitudes qui nous conduisent à l'idolâtrie, nous sommes attachés à des choses qui nous aliènent de Dieu, parce que nous nous faisons un autre dieu et le faisons avec les dons que le Seigneur nous a donnés. Avec l'intelligence, avec la volonté, avec l'amour, avec le cœur ... ce sont les dons du Seigneur que nous utilisons pour faire de l'idolâtrie.

Oui, certains d'entre vous peuvent me dire : "Mais je n'ai pas d'idoles à la maison. J'ai le Crucifix, l'image de Notre-Dame, qui ne sont pas des idoles..." - Non, non: dans votre cœur. Et la question que nous devrions nous poser aujourd'hui est la suivante: quelle est l'idole qu’il y a dans votre cœur, dans mon cœur. Cette sortie cachée où je me sens bien, qui m'éloigne du Dieu vivant. Et nous avons aussi une attitude très intelligente avec l'idolâtrie: nous savons comment cacher les idoles, comme l'a fait Rachel lorsqu'elle a fui son père et les a cachées dans la selle du chameau et parmi ses vêtements. Nous aussi, parmi nos habits du cœur, nous avons caché beaucoup d'idoles.

La question que je voudrais poser aujourd'hui est la suivante  quelle est mon idole ? Mon idole de la mondanité ... et de l'idolâtrie conduit aussi à la piété, car ceux-là  ne voulaient pas le veau d'or pour lui faire faire du cirque: non. Mais pour le culte: "Ils se prosternèrent devant lui". L'idolâtrie vous conduit à une religiosité erronée, en effet: bien souvent, la mondanité, qui est l'idolâtrie, vous fait changer la célébration d'un sacrement en une fête mondaine. Un exemple: je ne sais pas, je pense, pesons par exemple à une célébration de mariage. Vous ne savez pas si c'est un sacrement où les jeunes mariés donnent vraiment tout et s'aiment devant Dieu et promettent d'être fidèles devant Dieu et ils reçoivent la grâce de Dieu, ou si c'est une exposition de mannequins, de la façon dont ils s'habillent les uns les autres... la mondanité. C'est une idolâtrie. C'est un exemple. Parce que l'idolâtrie ne s'arrête pas: elle continue toujours.

Aujourd'hui, voici la question que je voudrais poser à chacun d'entre nous: quelles sont mes idoles ? Chacun a la sienne. Quelles sont mes idoles, où je les cache. Et que le Seigneur ne nous trouve pas, à la fin de notre vie, en disant de chacun de nous: "Tu t'es perverti. Tu t’es écarté du chemin que je t’avais indiqué. Tu t’es prosterné devant une idole".

Demandons au Seigneur la grâce de connaître nos idoles. Et si nous ne pouvons pas les chasser, au moins de les garder dans un coin...»

Le Pape a conclu cette messe par un temps d’adoration et la  bénédiction eucharistique, en invitant les fidèles à faire la communion spirituelle. Voici la prière récitée par le Pape :

« Je crois, mon Jésus, que tu es réellement présent au très Saint Sacrement de l’autel. Je t’aime par-dessus toute chose et je désire ardemment te recevoir dans mon âme. Puisque je suis incapable de Te recevoir de façon sacramentelle, entre au moins spirituellement dans mon cœur. Je T’embrasse comme si Tu y étais déjà et je m’unis entièrement à Toi. Ne permets jamais que je sois séparé de Toi. Ainsi soit-il.»