Homélie du vendredi 8 mai 2020 - Pape François

Dans son homélie, le Pape a commenté l'Évangile du jour (Jn 14, 1-6) dans lequel Jésus dit à ses disciples : «Que vos cœurs ne se troublent pas. Vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures (...) Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmenerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi».
Cette conversation de Jésus avec les disciples, rappelle François, a lieu pendant la dernière Cène : «Jésus est triste et tout le monde est triste : Jésus a dit qu'il serait trahi par l'un d'entre eux» mais en même temps il commence à consoler les siens : «Le Seigneur console ses disciples et nous voyons ici comment Jésus les console. Nous avons de nombreuses façons de consoler, des plus authentiques, des plus proches aux plus formelles, comme ces télégrammes de condoléances : "Profondément affligé par ...". Cela ne console personne, c'est un faux, c'est la consolation du formalisme. Mais comment  le Seigneur console-t-il ? Il est important de le savoir, car nous aussi, lorsque nous devons traverser des moments de tristesse dans notre vie», a souligné François «nous devons apprendre à percevoir ce qu'est la véritable consolation du Seigneur».
Trois traits de la consolation du Seigneur
Dans ce passage de l'Evangile, a observé le Saint-Père, «nous voyons que le Seigneur console toujours dans la proximité, avec la vérité et dans l'espérance». Ce sont les trois traits de la consolation du Seigneur. «Dans la proximité, jamais loin». Le Pape a rappelé «cette belle parole du Seigneur : "Je suis ici avec vous". "Souvent" est présent dans le silence "mais nous savons qu'Il est là. Il est toujours là. Cette proximité qui est le style de Dieu, même dans l'Incarnation, pour devenir proche de nous. Le Seigneur console dans la proximité. Et il n'utilise pas de mots vides de sens, au contraire : il préfère le silence. La force de la proximité, de la présence. Et il parle peu. Mais il est proche».
Un deuxième trait «de la manière dont Jésus console est la vérité : Jésus est vrai. Il ne dit pas de choses formelles qui sont des mensonges : "Non, ne vous inquiétez pas, tout va passer, rien ne se passera, ça va passer, les choses vont passer...". Non, ce ne sera pas le cas. Il dit la vérité. Il ne cache pas la vérité. Parce qu'il dit lui-même dans ce passage : "Je suis la vérité. Et la vérité est : "Je m'en vais", c'est-à-dire "Je vais mourir". Nous sommes confrontés à la mort. C'est la vérité. Et il le dit simplement et le dit aussi avec douceur, sans faire de mal : nous sommes face à la mort. Il ne cache pas la vérité».
Le troisième trait de la consolation de Jésus «est l'espérance. Il dit : "Oui, c'est un mauvais moment. Mais que votre cœur ne soit pas troublé : ayez foi en moi aussi", car "dans la maison de mon Père, il y a beaucoup d'habitations. Je vais vous préparer une place". Il va d'abord ouvrir les portes de cette demeure où il veut nous emmener : "Je reviendrai, je vous emmènerai avec moi afin que là où je suis, vous y soyez aussi". "Le Seigneur revient chaque fois que l'un de nous est en route pour quitter ce monde. "Je viendrai te prendre" : l'espérance. Il viendra et nous prendra par la main et nous prendra. Il ne dit pas : "Non, vous ne souffrirez pas, il n'y a rien. Non. Il dit la vérité : "Je suis proche de toi, c'est la vérité : c'est une mauvaise période, de danger, de mort. Mais ne laissez pas votre cœur se troubler, restez dans cette paix, cette paix qui est la base de toute consolation, car je viendrai et par la main je vous emmènerai là où je serai».
«Il n'est pas facile, a dit le Pape, de se laisser consoler par le Seigneur. Souvent, dans les mauvais moments, nous sommes en colère contre le Seigneur et nous ne le laissons pas venir nous parler ainsi, avec cette douceur, avec cette proximité, avec cette douceur, avec cette vérité et avec cette espérance. Demandons la grâce - c'est la dernière prière de François - d'apprendre à nous laisser consoler par le Seigneur. La consolation du Seigneur est vraie, elle ne trompe pas. Ce n'est pas de l'anesthésie, non. Mais elle est proche, elle est vraie et nous ouvre les portes de l'espoir».