Homélie du jeudi 2 avril 2020

«Le Seigneur s'est toujours souvenu de son alliance. Nous l'avons répété dans le psaume responsorial. Le Seigneur n'oublie pas, il n'oublie jamais. Si, il n'oublie que dans un cas, lorsqu'il pardonne les péchés. Après avoir pardonné, il perd la mémoire, il ne se souvient plus de ses péchés. Dans d'autres cas, Dieu n'oublie pas. Sa fidélité est la mémoire. Sa fidélité à son peuple. Sa fidélité à Abraham est la mémoire des promesses qu'il a faites. Dieu a choisi Abraham pour ouvrir une route. Abraham est un élu, il était un élu. Dieu l'a élu. Puis, lors de cette élection, il lui a promis un héritage et aujourd'hui, dans le passage du livre de la Genèse, il y a un pas de plus: quant à toi, mon alliance est avec toi. Le pacte. Une alliance qui lui fait voir au loin sa fécondité: tu deviendras le père d'une multitude de nations.

 

L'élection, la promesse et l'alliance sont les trois dimensions de la vie de foi, les trois dimensions de la vie chrétienne. Chacun de nous est un élu, personne ne choisit d'être chrétien parmi toutes les possibilités que le "marché" religieux lui offre. Nous sommes chrétiens parce que nous avons été élus. Dans cette élection, il y a une promesse, une promesse d'espoir, et la fécondité en est le signe: "Abraham, tu seras le père d'une multitude de nations et ... tu seras fécond dans la foi. Ta foi s'épanouira en œuvres, en bonnes œuvres, en œuvres de fécondité aussi, une foi féconde. Mais tu dois - troisième étape - respecter le pacte conclu avec moi". Et le pacte est la fidélité, être fidèle. Nous avons été élus, le Seigneur nous a donné une promesse, maintenant il nous demande une alliance. Un pacte de fidélité.

 

Jésus dit qu'Abraham s'est réjoui en pensant, en voyant son jour, le jour de la grande fécondité, et son fils - Jésus était le fils d'Abraham - qui est venu refaire la création, ce qui est plus difficile que de la faire, dit la liturgie. Il est venu pour la rédemption de nos péchés, pour nous libérer.

 

Le chrétien n'est pas chrétien pour pouvoir montrer la foi du baptême: la foi du baptême serait une carte. Tu es chrétien si tu dis oui à l'élection que Dieu a fait de toi, si tu vas au-delà des promesses que le Seigneur t’a faites, et si tu vis une alliance avec le Seigneur: c'est la vie chrétienne. Les péchés du voyage sont toujours contre ces trois dimensions: ne pas accepter l'élection, et nous "élisons" tant d'idoles, tant de choses qui ne sont pas de Dieu. Ne pas accepter l’espérance des promesses, passer outre, regarder de loin les promesses, et même de nombreuses fois, comme le dit la lettre aux Hébreux, en les saluant de loin, et faire que les promesses aillent aujourd'hui avec les petites idoles que nous faisons, et oublier l'alliance, vivre sans alliance, comme si nous étions sans alliance. La fécondité est la joie, cette joie d'Abraham qui a vu le jour de Jésus et qui était plein de joie. C'est bien cela, la révélation que la parole de Dieu nous donne aujourd'hui sur notre existence chrétienne. Qu’elle soit comme celle de notre Père: conscient d'être choisi, joyeux d'aller vers une promesse, et fidèle dans l’accomplissement de l’alliance.»