Des échos de la Vie consacrée

Soeur Monique Blanchard, Fille du St Esprit  à Briouze

Confinement   « Chacun chez soi mais en communion »…

Je vis ce temps de confinement au rythme de l’EHPAD Notre-Dame de Briouze ; mes dernières sœurs ainées y sont entrées il y a quelques mois et je suis restée toute proche pour les accompagner humainement et spirituellement.
Munie de mon masque, comme tout le personnel, j’essaie de me faire proche d’elles, mais aussi de tous les résidents, surtout les plus fragiles, qui vivent mal l’absence de visite de leurs proches et qui risquent de se laisser « glisser ». Le masque ne facilite pas la communication, surtout avec les malentendants qui ont l’habitude de lire sur les lèvres, mais on essaie de se comprendre : un petit brin de muguet, un bouton de camélia leur disent mon attention autant qu’une conversation !

 

Malgré la présence des soignants qui font l’impossible et multiplient les passages dans les chambres où chacun est confiné, malgré l’organisation de communication par skype, par téléphone avec les proches… la tristesse, la solitude minent bien des esprits. Je vois combien chacun a un besoin vital de relation : parler, être écouté, être regardé, avoir le sentiment d’exister… Mes visites sont accueillies avec bonheur !  Les personnes chez qui on peut faire appel aux ressources de la vie intérieure sont moins démunies ; par exemple, l’invitation à prier pour les malades, les soignants, les dirigeants… pour tous ceux qui sont encore plus seuls qu’eux, trouve  un écho et donne sens à leur solitude et à leur ennui ! Mais l’absence de temps ensemble leur pèse et  beaucoup attendent avec impatience le retour des célébrations du samedi soir !

 

Même si le confinement est loin d’être terminé, l’ambiance de la maison va  quelque peu changer avec l’accueil des familles  commencé hier : accueil très encadré, qui maintient la distance entre le résident et sa famille et interdit tout contact, pour éviter une possible contamination…  ( alors que les personnes âgées ont tant besoin de contact et  de marques d’affection !)  Mais chacun est conscient de l’enjeu !   Nous avons en effet la chance de n’avoir eu aucun cas de covid 19  dans la maison : ni dans le personnel ni chez les résidents  ! Nous ne voudrions pas que le virus entre à l’occasion des visites !

 

Pour ma part, pendant ce temps, je redécouvre « le plaisir de la lenteur » et du silence pour prendre le temps entre les visites, de prier, de lire, de contempler la nature. Le parc a été magnifique durant ce printemps : cerisiers, pommiers, marronniers en fleurs blanches et roses, tapis de marguerites, de boutons d’or, de jacinthes sauvages, muguet fleuri bien avant le 1er mai… avec concerts d’oiseaux du matin au soir !  Jamais je n’ai autant apprécié la nature ! Elle invite à vivre ce temps pascal dans la joie de la Résurrection, à reprendre souffle dans l’amour du Christ Ressuscité ! Et le souci de nos  Pasteurs, au niveau du pôle comme au diocèse,  pour donner accès à la liturgie par la Web TV, a donné une dimension nouvelle aux Semaines Sainte et Pascale, permettant de voir l’aspect richesse de ce qui aurait pu être regardé uniquement comme une frustration ! L’expérience du jeûne Eucharistique  rappelle la valeur de ce sacrement qu’il m’arrive de vivre dans l’indifférence, par habitude … et  de le vivre spirituellement  de façon plus intense !

 

Et nous allons vers la Pentecôte où l’Esprit viendra encore faire toutes choses nouvelles. En ce temps de trouble et d’inquiétude pour beaucoup, Il sera source de Force, de Paix, de Joie, à demander et à recevoir pour soi et pour tous ceux qui attendent un monde neuf ! 

 

Communauté des Filles du Saint Esprit, rue des Joncherets à Briouze

En cette période de confinement, nous avons relu l’orientation donnée par notre Congrégation pour cette année : «  Sur un chemin de fraternité à recevoir et à construire dans le réel de nos vies. » Nous relisons au jour le jour ce que nous vivons à cette lumière.

Nous découvrons la grâce de vivre en «  communauté pour la mission » comme un don précieux. Et dans la prière quotidienne : communautaire et personnelle ; le partage de la Parole de Dieu et ce que nous recevons du «  Jour du Seigneur »,de KTO,RCF,  du Pôle missionnaire de Flers et de notre paroisse. Merci à tous les acteurs qui nous font grandir en fraternité et à notre curé qui nous encourage et de qui nous recevons «  la lettre hebdomadire « Notre Dame du Houlme ».

Nous sommes « sur ce chemin de fraternité » dans notre réel avec nos fragilités, nos limites. Et beaucoup de personnes de notre entourage nous proposent de l’aide : les commerces locaux nous livrent nos courses, la mairie prend de nos nouvelles et nous propose ses services, nos voisins nous sont très attentionnés , la fraternité grandit entre nous, puisse cela continuer.

Nous accueillons avec joie tout ce’ que nous recevons  et cela nous aide à nous ouvrir aux autres ,  à téléphoner à plusieurs personnes avec qui nous étions en relation et qui souffrent beaucoup de la solitude : la présence réelle leur manque beaucoup.

En communauté, nous prenons du temps pour nous détendre : jeux, marche dans nos sentiers printaniers fleuris cet embaumés, DVD intéressants, lecture et partage de nos lectures.

Et nous rendons grâce pour tout ce que nous recevons, pour ce chemin de fraternité et notre prière est habitée par les joies et peines des personnes avec qui nous sommes en relation et du monde. Nous espérons pouvoir nous retrouver prochainement pour les célébrations dans nos Eglises.

 

 

Soeur Colette et Soeur Véronique de la Communauté des Soeurs de la Miséricorde à Flers

Comme tout citoyen il a fallu une certaine adaptation en tenant compte des exigences qui sont demandées à tout le monde. En communion avec les gens, nous vivons cette vie simple du quotidien. Les liens que nous avons se continuent par téléphone, avec le voisinage, avec les personnes seules que nous visitons habituellement, avec les Sœurs de Flers, Madeleine, avec les Sœurs de la Congrégation, les familles. Il y a aussi de l'inattendu, comme par exemple les appels du logis familial, de la paroisse pour demander comment nous allons. A travers ces liens, nous ressentons beaucoup de fraternité et d'attention les uns envers les autres.

 

Notre prière se nourrit de toute cette vie partagée. Nous pensons beaucoup aux malades et aux soignants, à tous ceux qui travaillent pour favoriser la vie de tous. Nous constatons une grande solidarité. Nos journées sont un peu structurées par la prière personnelle et communautaire, la messe à RCF et le chapelet à Lourdes à RCF sans oublier les travaux de la maison, les courses, une marche quotidienne sur le quartier, la lecture, une partie de scrabble l'après-midi. Nous nous associons beaucoup aux musulmans qui commencent aujourd'hui le jeûne du ramadan. Cette pandémie nous révèle que nous avons besoin intensément les uns des autres.

 

Soeur Geneviève de la Congrégation des Soeurs de l'Éducation Chrétienne à Flers

Vivre en tant que consacrée pendant le confinement, ce n’était pas dans le programme de ma mission cette année mais n’y a t-il pas toujours des imprévus et du coup , il faut aussi s’adapter et accueillir cet inattendu de durée incertaine., Pendant le Carême, les textes liturgiques inspiraient ma prière et m’ont aidées à traverser cette étape qui se prolonge avec le temps pascal , celui-ci est source d’espérance et de réconfort : ce « passage » est à vivre avec le Seigneur Ressuscité qui « nous rejoint sur nos sentiers et nous attend sur le rivage »

 

Mes journées, heureusement, sont rythmées par ma vie de prière, l’office du Temps Présent, la Parole de Dieu, en particulier avec la Liturgie du jour, ma participation à l’Eucharistie grâce

à Internet.(Un grand Merci pour tout ce qui a été mis en place sur notre Paroisse). Je rends grâce au Seigneur de profiter de ces moyens techniques : internet, RCF et même KTO, c’est pourquoi je partage avec des personnes certaines informations. Ce temps aussi est favorable pour approfondir certaines lectures et me ressourcer dans la prière. Prier avec un psaume , un verset sera plus parlant pour ce moment , reprendre une lecture qui m’a fait vivre, un passage d’Evangile.

 

"Que tu vives seule ou avec d’autres, n’oublie jamais que te Mission continue, tu te situes en Eglise, dans le monde là où tu vis."

 

La solitude est là, il y a un manque qui se fait sentir même si on s’efforce de garder le lien avec des personnes avec le téléphone et internet,, c’est le temps du partage et de l’écoute qui redonne vie et courage ; c’est alors que je rejoins aussi mes sœurs en Communauté, qui sont seules, en Ehpad. Je me suis faite une liste des personnes que je contacte aussi par téléphone et note bien sûr les messages que je reçois, merci pour votre soutien, un échange se fait aussi entre consacrées sur Flers.

Pour chaque jour, je me fais un petit planning et varie mes activités : prière, lecture, petite sortie pour apprécier le printemps et le chant des oiseaux et diverses occupations
Cette période de confinement me permet aussi de partager ce que vivent des personnes dans la solidarité et l’entr’aide : accepter que mes courses soient livrées au domicile, la fragilité est là. Parfois, je chante un refrain :

"En toi, j'ai mis ma confiance, Ô Dieu très saint, Toi seul est mon espérance et mon soutien

C'est pourquoi, je ne crains rien, j'ai foi en toi, Ô Dieu très saint.

Prie en silence, pour les dons de l'Esprit Saint te donne force et soutien. Prie en silence, c'est ta mission."

 

Madeleine Vallée, Vierge consacrée

Nous sommes confinés depuis un mois. Pour moi c'est une expérience, vivre seule toute la journée, je n'aurai pas pu être Ermite !

J'en profite pour prier le Seigneur, pour tous les malades, pour les soignants, nos dirigeants afin qu'ils sachent prendre les bonne décisions. J'ai la chance d'avoir la télé, KTO et internet, donc je voyage beaucoup sur place et cela m'ouvre à l'universel. Cela ouvre ma prière aux dimensions du monde.

Je téléphone aux amis, aux personnes seules, c'est une autre vie.
Je me régale avec les fleurs de mon jardin et me fais des salades de pissenlits, de pommes, de citrons avec des violettes. C'est super!
Ma nièce m'a conseillé la Gym sur France 3 à 10h30 le matin. Cela me fait du bien.
St Paul disait : " Soyons toujours joyeux et prions sans cesse en toute chose rendez grâce à Dieu."
Oui, je rends grâce à Dieu pour tout ce qu'il y a de beau autour de nous. "Que le Seigneur vous bénisse et vous garde dans sa paix."

 

Soeur Germaine, Soeur Renée, Soeur Danielle et Soeur Lucie de Communauté des Filles du Saint Esprit à Flers

La communauté des Filles du Saint Esprit va bien !

Notre vie communautaire est plus étoffée ! Nous vivons confinées ! …
Chaque dimanche il faut compter avec nos 2 parties de belotte !
Puis, chacune s’organise pour sa sortie quotidienne : C’est le bon moment de la marche qui fait du bien, découvrir de nouveaux sentiers, gouter le soleil, les fleurs, le chant des oiseaux, la caresse du vent… C’est un temps de gratitude où l’on se sent à l’écoute de tout ce qui nous est donné par la nature qui se renouvelle chaque jour. Sans oublier, les sourires échangés, et les nombreux : « Comment ça va ? Et les autres sœurs ? »
C’est aussi le temps où « je suis facteur occasionnel, ce qui me donne le plaisir d’apercevoir les enfants à leur fenêtre, ou d’autres personnes… de cueillir le muguet chez Virginia … »
On bricole : Faire des masques, un peu de jardinage à la chapelle mais aussi des rangements de toute sorte !
Plus attentionnées à nos relations, principalement aux gens du quartier qui ne peuvent se déplacer, savoir si elles ont des besoins afin de les mettre en lien avec le service si bien organisé. Nos liens sont de solidarité autre. Les personnes sont heureuses d’avoir des téléphones à l’occasion de leurs deuils, leurs peines. Nous recevons aussi beaucoup de téléphones qui nous touchent nous aussi … Communications, courriers, internet …c’est le partage des joies et des souffrances !
Notre vie spirituelle est plus intense : grâce aux liturgies de la paroisse et aux témoignages des prêtres… Mais aussi, par nos temps de solitude, de lectures, de réflexions et de prières ! Un vrai temps de grâce, d’une plus grande densité, plus attentionnés à Dieu et à notre vie ensemble ! On se dispute un peu, une vie presque normale ! C’est le temps où l’on met un « peu d’huile dans sa lampe », pour accueillir l’autre et chercher ce qui lui est agréable !
C’est quand même un long temps de patience … dans l’attente de retrouver nos relations !
Joie aussi de savoir, que dans la congrégation, aucune sœur n’est malade du « covid 19 » !

 

A venir : des nouvelles de Soeur Monique Blanchard et des Soeurs de la Communauté des Filles du Saint Esprit des Joncherets à Briouze